Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Climat...

Publié le par Mememad


Ce n'est pas sans un énorme "trac" que je débute enfin ce premier "J'M"
La musique est un domaine si vaste, et il inonde tant mon espace de vie,
que je ne sais pas par quel bout le prendre pour vous le présenter !
Le bon sens voudrait que je vous caresse dans le sens du poil en vous faisant écouter un son auquel vous êtes habitués, etc. ... Cela n'aurait aucun intérêt.
Et puis je ne suis pas "pleine de bon sens" !
Le but essentiel étant de vous faire découvrir pour certains, sans vous agresser pour autant. (Du moins pour commencer...)

  Bon, je me jette à l'eau. Nous allons commencer par une chanson.
Elle n'est pas toute jeune (si, plus jeune que moi !), puisque elle est de 1953.

En vous disant que le texte est de Mac Orlan, c'est déjà un label de qualité !



Auteur du célèbre "Quai des Brumes", il fut avant tout un aventurier.
(Pour en savoir plus sur "sa vie son oeuvre", M. GrossGoogle vous racontera tout ça.)
Pierre Mac Orlan disait : "Avec quelques chansons, tout homme peut raconter sa vie. Pour moi, écrire des chansons c'est écrire mes mémoires..."
Il savait en effet donner une telle intensité à ses personnages !


 Le titre de cette chanson est
- LA FILLE DE LONDRES -

L'image « http://membres.lycos.fr/polar/assets/images/brouillardV.JPG » ne peut être affichée, car elle contient des erreurs.


Pour l'épauler, ou du moins ne pas trahir ses "mémoires", il fait appel à
M. V. Marceau.

Son vrai nom est en fait Marceau Vershuren, il est né en 1902.

J'ai eu l'opportunité de visiter ce "Monsieur". Je me souviens de son air désabusé quand il me raconta qu'il avait du changer de nom au profit d'un p'tit jeune interprète qui commençait à se faire connaître. Il se prénommait André, et Marceau aurait pu lui faire de l'ombre...
Certes, M. V. Marceau ne se produisait pas trop en public, comme le p'tit jeune.

Monsieur V. Marceau était un artisan de la musique comme je les aime.

A plus de 80 ans, il s'émerveillait comme un enfant du fait qu'il avait pu payer la réparation du toit de son petit pavillon de banlieue avec un titre qu'il venait d'écrire. Un morceau qui était devenu une sorte d'hymne pour les accordéonistes.
Il ne faisait qu'écrire pour les autres interprètes et auteurs de chansons. Il fut l'auteur de centaines et des centaines de titres... !

Je me souviens de sa jubilation de me faire écouter un accordéon que des russes venaient de lui offrir. Il était en bois et avait une sonorité réellement nouvelle. Il avait une couleur de son très « romantique » du à son accord et à sa caisse. Il faut vous dire que M. Marceau fut le premier accordéoniste référence Cavagnolo. C'est une des raisons pour laquelle il était fréquemment sollicité pour tester de nouveaux instruments aussi bien français qu'étrangers.

 Je m'éloigne du sujet mais j'avais envie de rendre hommage à ce grand compositeur si méconnu.
 
Et à présent l'interprète. La finalité, celle qui "porte" l'oeuvre. Celle qui va se mettre à son service.

(Contrairement à tant de chanteurs qui, portés par leur ego et les médias, s'accaparent le tout pour en faire Leur pièce.)

"La Fille de Londres" fut crée par Germaine Montéro, mais j'ai choisi la chanteuse que j'apprécie le plus pour cette interprétation
 (j'aurais bien tort de me priver !), c'est

Catherine Sauvage.
On la disait "Âpre, dure et passionnée".


(Jôzette, te souviens-tu de cette ceinture ?)

Si je me laissais aller, je vous en parlerais pendant des lignes et des lignes, mais l'occasion se représentera... (Vous ne perdez rien pour attendre !)
Mais pour faire court, Brassens disait d'elle :
"Elle ne chante pas, elle mord"
.

 Avec l'intensité du texte, de l'orchestration et la théâtralité de l'interprétation, "La Fille de Londres" vous transporte dans un univers de gens "peu recommandables". Le climat vous plonge dans des odeurs, dans des moiteurs douteuses....
 
Je vous souhaite une bonne écoute.




 

La fille de Londres

Un rat est venu dans ma chambre        
Il a rongé la souricière
Il a arrêté la pendule
Et renversé le pot à bière

Je l’ai pris entre mes bras blancs
Il était chaud comme un enfant
Je l’ai bercé bien tendrement
Et je lui chantais doucement :

Dors mon rat, mon flic, dors mon vieux boby
Ne siffle pas sur les quais endormis
Quand je tiendrai la main de mon chéri

Un Chinois est sorti de l’ombre
Un Chinois a regardé Londres
Sa casquette était de marine

Ornée d’une ancre coraline

Devant la porte de Charly
À Penny Fields, je lui ai souri,
Dans le silence de la nuit
En chuchotant je lui ai dit :

Je voudrais, je voudrais... Je n’sais trop quoi
Je voudrais ne plus entendre ma voix
J’ai peur, j’ai peur de toi j’ai peur de moi

Sur son maillot de laine bleue
On pouvait lire en lettres rondes
Le nom d’une vieille « Compagnie »
Qui, paraît-il, fait l’tour du monde

Nous sommes entrés chez Charly
A Penny Fields, loin des soucis
Et j’ai dansé toute la nuit
Avec mon Chin’toc ébloui

Et chez Charly, il faisait jour et chaud
Tess jouait « Daisy Bell » sur son vieux piano
Un piano avec des dents de chameau

J’ai conduit l’Chinois dans ma chambre
Il a mis le rat à la porte
Il a arrêté la pendule
Et renversé le pot à bière

Je l’ai pris dans mes bras tremblants
Pour le bercer comme un enfant
ll s’est endormi sur le dos...
Alors j’lui ai pris son couteau...

 C’était un couteau perfide et glacé
Un sale couteau rouge de vérité

Un sale couteau rouge sans spécialité

J'espère que ce premier "J'M" ne vous aura pas déçu et je vous dis

A bientôt...

Commenter cet article

carpediem 06/09/2006 16:38

ravie d'avoir entendu Catherine Sauvage  et cette chanson pimentée, mordante  ! bonne journée

Mememad 06/09/2006 18:20

Connaisseuse ! Je suis heureuse que tu aies apprécié.Bonne soirée, merci pour ton passage.

marithé 03/09/2006 22:23

artiste qui a marqué son époque , mais oubliée mainteant comme le seront les chanteurs à la mode en ce moment ..mais là;,ily avait du texte au moins ...bonne soirée et bisous

Mememad 04/09/2006 07:28

Comme tu dis, il y avait de la "matière" !...Bonne journée Marithé.

véronique 03/09/2006 19:43

Partager...  tu le fais très bien ! parceque c'est drôle
moi, je fais mon boulot de mère de famille dite "nombreuse" et j'avoue que je fatigue ... les adolescents me tuent ! mais sont tellement mignons ...
alors on s'embrasse

Mememad 03/09/2006 20:04

Crois-moi, ça vaut l'effort, tu ne le regretteras pas..."Les adolescents", je pense, d'après mon environnement, que c'est vraiment une sale période pour eux autant que pour les parents, non ?Je resterai toujours admirative de vous toutes mères de famille. Je suis vraiment très sincère.Moi aussi je t'embrasse

prune 03/09/2006 09:47

Les tartines sont en musique ce matin... merci  Mémémad pour cet article et cette chanson, parfait pour ce premier dimanche de septembre. Je me souviens avoir écouté il y a quelques semaines chez toi "jojo le projo" chantée par Nougaro, une autre chanson déjà très théâtrale et mytérieuse... Un univers commun se dégage des deux non ?

Mememad 03/09/2006 10:10

Tu as tout compris Prune ! J'aime beaucoup la chanson qui te plonge dans un univers théâtrale ou qui te raconte une histoire complète. Je suis tout à fait imperméable aux chansons abstraites du style "je t'aime", "l'amour", bref, sur les sentiments en général.... Je suis contente qu'elle t'ait plu.Bonne journée...

prune 03/09/2006 00:34

Mémémad,juste le temps de te faire un coucou, je repasserai demain lire cet article en profondeur.Bonne nuit

Mememad 03/09/2006 08:06

Bonne tartines tardives d'un dimanche réparateur plein de langueurs réveusement jouissives...Bise