Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Elle pose... (4èm ép.)

Publié le par Mememad


Quand la guerre éclate, en 1914, les modè­les italiens, devenus, aux yeux des autorités françaises, des « étrangers sans profession », ont été expulsés.
Aussi, après l'armistice, les professionnels étant plus rares,
Les pein­tres sont en quête d'une nouvelle source d'approvisionnement.
Nombreuses sont les jeunes filles qui, rejetant les conventions bourgeoises de leur famille,
Ont recours à cette activité pour gagner leur vie en se mêlant au monde de l'art.
Elles fréquentent le Dôme et la Rotonde, où elles rencontrent les artistes.
Un nouveau système apparaît, où le modèle est recommandé par un pein­tre à un autre. Sinon, il faut faire le tour des ateliers pour trouver de l'embauche.

Bien qu'une séance de pose fut une situation forte­ment érotique
Le peintre ne faisait pas nécessaire­ment l'amour avec son modèle
 L'acte lui-même de­vait être remis à plus tard, voire réprimé, au profit du travail
Les uns ont nié avoir couché avec leurs modèles, d'autres s'en sont vantés.
“Si je ne peins pas d'après un modèle, a déclaré Picabia à Treize, peut-­être pour rire
 c'est qu'il faut d'abord coucher avec. Et moi, après, je suis crevé et je m'endors.”


Kiki pose pour Mendjizky, avec lequel elle vit.
C'est alors que Kisling, tout bronzé après un voyage à Saint-Tropez,
la remarque à la terrasse de la Rotonde.

Kisling dans son atelier, par un photographe inconnu, à l'époque où Kiki commence à poser pour lui.

“Qu'est-ce que c'est que cette nouvelle putain ?” s'en­quiert-il auprès du gérant
 Mendjizky se charge des présentations, ce qui n'arrange rien:
“Il m'interpelle en me traitant amica­lement de morue, de vieille vérolée. Je suis très fâchée. J'ai décidé de ne plus lui parler.
C'est dommage, il me plaisait !” commente-­t-elle
 Après quelques insultes supplémen­taires, ils font la paix:
 “Kisling promet de ne plus m'engueuler. Il m'a fait un contrat de trois mois.”

Ce tableau de Kisling date de 1927. Kiki posa pour lui tout au long des années vingt.


Mais, comme Kiki est “un mo­dèle triste”, il pousse des hurlements pour la faire rire
 et ils font des concours de bruits
.
Zborowski, le marchand," monte plusieurs fois dans la matinée pour
Voir si ça marche et pour se rincer l'oeil".
De son côté, Fels, le critique, vient aux nouvelles :
“Il me regarde comme un beau mor­ceau de viande à l'étalage d'un boucher
."


Treize a pris en Bretagne ce document, que Kiki a donné à Kisling - lui aussi surnommé Kiki.
Sous les mots "A mon très cher Kiki Kisling", on peut lire, a demi effacé : "amoureuse, je me donne à toi."


Foujita raconte ainsi sa première séance de pose avec Kiki :

Elle rentre tout doucement, timide­ment
Le fin petit doigt posé au petit bec rouge, balançant son derrière fièrement.
Quand elle a quitté son manteau, elle était absolument nue,
 Un simple petit mouchoir de couleur vive épinglé au revers de son manteau donnait complètement l'illusion de sa dernière robe.”...


... "Elle prend ma place devant le chevalet, me demande de ne pas bouger et [...]
dessine mon portrait. Quand le travail fut terminé, elle avait sucé, mordu tous mes crayons et perdu ma petite gomme et, ravie, dansait, chantait, criait."



 




Ce qui l'intrigue, c'est l'absence de poils pubiens chez Kiki






D'ailleurs, Kiki disait : “Il venait fréquemment mettre son nez dessus pour voir si les... che­veux ne poussaient pas pendant la pose !

Il disait avec sa jolie petite voix "C'est igolo... pas poils !"

Dessin de Kiki par Kiki 1929

"Je n'aime pas beaucoup poser, explique Kiki, car j'ai le système pileux assez peu développé à certain endroit et je suis obligée de me maquiller avec un crayon noir."





5, rue Delambre, côté cour.

L'atelier de Foujita était derrière les portes de l'écurie à gauche. Fernande Barrey habitait au premier étage à droite de l'entrée et, à la fin des années vingt, Kiki au rez-de-chaussée à gauche de l'entrée. Bob Lodewick y habitait aussi.



Kiki et Foujita resteront de bons copains. Souvent, elle passe le voir travailler :
 “Il me demandait de chanter Louise. Alors, j'imitais l'orchestre....
Il riait aux éclats et il disait encore "c'est igolo !"
 Pour les peintres du quartier en général, comme pour Kisling et Foujita,
Kiki était plus une amie qu'un modèle.
Chacun des artistes pour lesquels elle pose capte une autre facette de sa personnalité.
Leurs tableaux feront d'elle la plus célèbre de Montparnasse.


Le nu couché à la toile de Jouy (Foujita 1922)

Ce tableau qui fut un des évènements du Salon d'Automne de 1922, représente Kiki.
L'auteur raconte : "Le matin, tous les journaux en parlaient.
A midi, M. le Ministre me félicitait. Le soir, pour la somme de 8.000 francs, il était vendu."
 “Trois minutes après, poursuit Foujita, au café du Dôme,
Un riche collectionneur américain lui avait acheté un prix fou  ce croquis.”

Pourtant, Henri-Pierre Roché a inclus ce dessin - Foujita, 1923, - dans l'inventaire de ses peintures. Il est reproduit dans les Mémoires de Kiki, en 1929, où il est donné comme faisant partie de sa collection.


A suivre...
Les mots en rouges feront l'objet de liens ou d'articles ultérieurs...)
Les textes sont largement inspirés de Billy Klüver & Julie Martin & Kiki de Montparnasse.

Commenter cet article

dom_inik_m 09/07/2006 03:56

PPSPas "une", mais "un" ! ;-)

Mememad 09/07/2006 09:54

Oups ! Je te prie de bien vouloir me pardonner cette erreur que j'ai été chercher je ne sais où !!!Je m'aperçois à l'instant que Over-blog n'a pas mis mon article en ligne hier à 23.30 Hr comme programmé !!! A présent, c'est fait !Comme tu peux le découvrir par toi même, tu as trouvé la bonne réponse... Bravo.Choisis ton lot...A bientôt

jean-michel 08/07/2006 17:46

Kiki...un rêve d'enfance qui a certainement contribué à ma vocation de photographe...

Mememad 08/07/2006 19:11

Encore une corde à son arc dévastateur : susciter les vocations !Et quand je vois ton blog, quelle réussite ! A bientôt,

dom_inik_m 08/07/2006 16:28

PSLe blog n'en est pas vraiment un. Il s'agit plus d'archives photographiques d'un côté et de partage d'images de l'autre, au gré de mes déambulations et autres désirs d'histoires. Celles que je montre, celles que je raconte, celles que je découvre aussi... La vie qu'on vit, non ?PPS La "connaisseuse" (qualificatif bien flatteur s'il en est) n'en est pas vraiment une. J'aurais plutôt tendance à me considérer comme un amateur. Tout simplement... ;-)

Mememad 08/07/2006 19:02

Oui, après t'avoir écrit, je suis retourné te voir plus "sérieusement, et j'ai bien compris la "politique" de ton site.... alors disons que tu es une "amatrice-connaisseuse"...En tous cas, a bientôt,

dom_inik_m 07/07/2006 18:39

De lien en lien, je découvre à la fois votre blog et votre évocation de Kiki de Montparnasse. Laquelle, aussitôt, m\\\'en rappelle une autre, sans doute partiellement puisée aux mêmes sources de référence...Voilà, c\\\'était juste comme ça, parce que j\\\'aime les surprises et les découvertes en général, le ton badin et charmeur de votre prose en particulier...Pour tout ce qui nous ressemble et nous rassemble, sans doute aussi... parce qu\\\'images et imagination vont de pair, non ? ;-)Dommage que je ne puisse pas insérer d\\\'image à ces quelques lignes (ou bien, je n\\\'ai pas trouvé comment y parvenir), j\\\'aurais ajouté une petite surprise concernant ce fameux nu à la toile de Jouy. Better luck next time, comme on dit...

Mememad 07/07/2006 19:10

Je viens de visiter votre blog et le lien que vous m'avez donné, je suis d'autant plus touchée par votre commentaire que j'ai affaire à une connaisseuse...Cette femme sur le banc me fait un bien fou. Je dois vous avouer que je suis malheureusement obligée de rationner mes visites aux expositions et musées pour des raisons de santé. En effet, la position debout immobile m'est très douloureuse. Alors je jongle en bougeant, en m'asseyant quand c'est possible ... Mon rêve serait de pouvoir errer à ma guise en m'arrêtant le temps de rassasier mes envies d'observation et de contemplation... en fauteuil roulant. Rêve hétéroclite, mais à chacun ses fantasmes...Vous me parler de ma "prose", c'est mot très pompeux car je n'ai pas la prétention "d'écrire" mais tout simplement de partager mes errances en tout genre avec les aventuriers qui s'égarent sur mon blog...Je serais très flattée d'avoir à nouveau votre visite et de recevoir vos commentaires enrichissants.A bientôt,

missmio 07/07/2006 14:53

Elle était vite déshabillée !! Avant de lire l'article j eme demandais ce que venait faire un moine dans la vie de Kiki !! Bonne journée !!

Mememad 07/07/2006 16:55

Ne serait-ce pas la jalousie et des restes d'éducation judéo chrétienne qui t'ont dicté ce commentaire Missmio ????Mais tu sais que la coquine ne se déshabillait pas devant tout le monde ! C'était de la haute volée... Le gratin !... Et la suite, te parlera de ses amants.... Je ne te dis pas !On n'a rien sans rien... (quoique)A bientôt,