Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Attention, c'est chaud ici, torride même !!!

Publié le par Mememad



INTRO

Nous sommes donc mardi 13 Juin.
J'ai rendez-vous à 12.00 Hr chez la Gynécologue.
Ma pudeur devrait me recommander d'arrêter ici.
Mon audace m'entraîne à « m'étendre » davantage, allons-y !
Avant tout, je me dois de vous faire quelques précisions essentielles :
-  Ce mardi est la journée la plus torride de la semaine : 34° !!!
-  J'habite la banlieue, ma gynécologue Paris.
Mais à l'opposé soit à Belleville.
-  Les mardi et vendredi, il y a marché, le fameux marché de Belleville.

 

 Chapitre 1

Ayant un minimum de maturité, je décide de m'y rendre en utilisant l'autobus puis le métro.
Ceci n'a en fait aucun intérêt mais il faut bien que je place mes photos !
Tout d'abord, le tunnel de l'autobus :


Voiture moquettée par « photoshop-moquette » :


Strates de reflets à la sortie du tunnel :

Et puis, c'est le métro (mais vraiment trop !) !!
Certes sur la photo, vous ne voyez pas grand monde et pour cause, c'est le début de la ligne.

Ce voyage est très cosmopolite car il part de Sèvres-Neuilly pour aller à Belleville
Les deux opposés sur bien des plans. Exemple, sur la couleur des passagers.
Nous passons des "bronzés-cabines" aux chinois et africains.
Changement à République... Couloirs... Rebelote... Belleville. Ouf !
Ou plutôt OOOFFF !!! Quelle chaleur !
Bitume plus pollution, ça colle de partout.
Ca y est, je balise ?

Chapitre 2

Il est 11 heures, une heure d'avance. Je l'avais prévu.
En effet, avec mes  « sac-besace », j'aime passer un moment sur le marché.(Les fruits et légumes sont la moitié des prix pratiqués dans mon quartier !) Puis, je vais dans quelques épiceries africaines,
Et enfin, en évitant avec beaucoup de difficultés les pâtisseries juives ( !),
Je termine au supermarché chinois.

Mais cette fois-ci, vu l'heure (11.15 Hr) et surtout la température,

Je décidais de faire le supermarché chinois en sortant.

Mais qu'est-ce que je balise !...

A 11.40, un des sacs déjà rempli, je ployais littéralement sous une chaleur accablante,
Je me dis donc que je serai mieux dans la salle d'attente qu'en plein soleil.

Ca y est, je suis rentrée, en effet il fait meilleur.

Je prends l'ascenseur, et alors là

Je balise vraiment comme une bête !!!

Pourquoi ?

Imaginer la situation, vous avez été dans une marmite à 32° depuis plus d'une heure et demi,
Votre tee-shirt affiche deux grosses taches humides sous les ... enfin les ... bon vous comprenez ou vous faites exprès !
Alors à ce moment précis, vous redoutez l'état dans lequel se trouve le support des paillettes, que vous n'avez pas mises, mais dont vous regrettiez la présence pour faire rigoler les copines bloggeuses?

OUF !! Elle était longue cette phrase, je vais boire un coup !

Chapitre 3

Je sonne à la porte, j'attends un peu, puis la gynécologue vient m'ouvrir
(la porte, idiote !),
Me fait pénétrer dans la salle d'attente...
(Mais non pas dans l'utérus qui pourrait bien s'appeler ainsi après tout...)
...et retourne prendre en main sa cliente.
Si vous êtes sensés, vous devez pensez que je suis « bargeot » (voir lien)
Pour aller aussi loin afin d'aller faire réviser mes atouts génétiques.
Voici la raison :
Il y a plus de 10 ans, j'étais pratiquement toujours entre La Nation et la Bastille.
J'avais donc une gynéco par là-bas.
Puis, ma confiance en elle fut renforcée à la suite d'un petit problème... qui faillit en être un gros.
Mais cette idiote de toubib, n'a rien trouvé de mieux que de prendre sa retraite il y a quatre ans !
J'avais le choix entre rechercher un gynéco près de chez moi, reprendre la genèse de mes histoires de... et de...
Soit elle pouvait faire suivre mon dossier chez une consoeur en qui elle avait toute confiance.
J'optai pour la deuxième solution.
Et c'est pour cela qu'aujourd'hui, je venais revoir cette jeune gynéco chinoise d'environ quarante ans (parlant avec un délicieux accent) qui officie à l'intersection de la rue et du Bd de Belleville. Ici exactement :

 

ENTRACTE
... Bonbons, carales, esquimots, chocolats...

Vous êtes toujours là ?...
Si vous en avez assez, je peux revenir demain !
Bon, après tout, vous pourrez continuer à lire plus tard.
 Je pourrais mettre des chapitres pour faciliter les « reprises ».
Oui, c'est une idée, je remonte en haut de mon texte et je vais vous « baliser » ce pénible parcours que vous vous obstinez à suivre.
Remarquez, nous sommes pratiquement samedi, et c'est le jour du jogging pour les banlieusards. Alors pourquoi éviter de vous faire suer !

 Chapitre 4

La Salle d'attente :
Un couple et une patiente sont avant moi. Asiatiques tous les trois.
Bon, me dis-je, je vais avoir le temps de décrire la salle d'attente à mes amis?
La fenêtre est grande ouverte et les sons du marché pénètrent jusqu'ici.
La décoration de cette salle est d'un raffinement... baroque dirons nous.
Au sol, linoléum représentant un « latté Versailles » particulièrement usé devant les chaises.
Ces chaises sont au nombre de sept, de style « récup-meubles-bureau ».
Pas deux identiques ! Le luxe.
La traditionnelle table basse, « véniliarisée » sur le dessus, légèrement pelée sur les bords.
Les fameuses revues, toutes « à graissées » par le temps.
On y trouve une véritable anthologie des « people » des années 1993 à 2005.
Ah, une petite pause, bruits de portes, le couple passe à l'action?
Il est 12.20 Hr. Je continue :
Il y a quelques plantes qui font plus pitié qu'envie.
Je passe enfin aux murs !
Surtout Un mur qui en fait reconstitue à lui-même tout le style de ce lieu.


Une affiche à message :
A laquelle je réponds :
« Moi aussi, comment ils le savent ? »

Et puis, cette, ... merveille... comment dire... cette chose.
En fait, c'est une tapisserie aux points de croix, dont le sujet ne vous échappera pas,
Cernée d'un magnifique cadre de toile écrue bordée d'une baguette dorée.


Il existait le style « Pop'art », contraction de « Popular » et « Art ».
Et bien aujourd'hui, nous assistons à la naissance du « Ring'Art »,
contraction de « Ringard » et « Art ».
Qu'en pensez-vous ?
Mais je suis persuadée que vous en avez déjà vu des tonnes?
Re-pose, le bruit d'une sonnette, bruits de portes, un
« Je ne reçois que sur Rendez-vous »... attendez...
Et nous voilà trois dans la salle.
Nous faisons une patience : blanche, jaune, et noire, il est 12.40 Hr !!
Cette dernière arbore un parfum  venant certainement du "tout à 1€".
L'oscillateur du renifleur d'odeur dépasse la ligne de crète  des "aigus" !

Bon, là je vais accélérer,

12.45 Hr, la dernière patiente va prendre son rendez-vous qui apparemment se transforme en consultation puisque ce n'est qu'à 12.55 Hr que la patiente me précédant est passée.
Etant seule, j'ai sorti mon Canon et j'ai pu tirer sur cette salle pour vous la montrer.
J'oubliais, avant d'arrêter cette description narrative des lieux, je vous invite enfin à lever les yeux :


J'imagine trop bien l'effet de lumière produit par cette lampe "économied'énergie"
Pitié, Je ne veux pas venir le soir !!!
Lumière du désespoir !!!

Chapitre 5

Il est 13.15 Hr, on vient me chercher.
J'entre en scène (mais non pas enceinte !)
En quelques mots, la pièce de consultation est petite.
A gauche, une armoire métallique de bureau ouverte, avec plein de boîtes à chaussures remplies de fiches-dossiers-clientes.
ELLE est à quatre pattes au sol, cherchant mon dossier, me demandant si il y a un « H » en deuxième lettre de mon nom... puis, le trouve enfin.
Le mur en face, son bureau débordant de dossiers, de papiers, son ordi portable...
Bref, on LA trouve en la cherchant derrière tout ça !
Je vous passe le détail des questions...
Puis arrive le grand moment... le passage à l'acte...
Tout d'abord, je m'excusai pour d'éventuels désagréments causés par la transpiration
(Mais vu la dose de déodorant que je m'étais étalée juste avant d'entrer et l'essuyage « du reste » en enlevant le fameux tee-shirt, je prenais peu de risque)
L'élément principal de mon costume de scène était une création ancienne de DIM.
Un slip dont le motif est fait d'inscriptions alternées :
Dim moi, Dim moi, Dim moi,
tout... tout... tout...
Dim moi, Dim moi, Dim moi,
...
Oui, missmio, j'avais fait un effort !
Je pourrais « pamphleter », métaphoriser, caricaturer, tout ce qui suivit, mais ma pudeur vous en privera.
Il est temps que vous fassiez marcher un peu votre imagination !
Il était 13.40 Hr quand je passai la porte du cabinet.
Et vous savez quoi ?
Sur le paillasson, ... Il y avait des paillettes, de toutes les couleurs...
Mais non, espèce de cruche, c'est même pô vrai ! 

Dernier chapitre

Je revins dans le four parisien, et allai faire mon « marché chinois ».

LA FIN ?

Elle tient en quelques lignes et une petite vidéo...
Et oui, encore quelque chose de surprenant qui est passé devant mon "oeil"?
Mais rassurez-vous, ce sera pour demain.

Il reste quelqu'un ???
Ohé ! ?
........
...Y'a quelqu'un ?...
????

 Bon au revoir quand même..

PS: ...... PSSSST.....PSSSSSSST..... Ah ! tu es là, je voulais te dire que je vais faire une petite version onirique-véridique de la scène du cabinet... et puis, la vraie fin du voyage... 


.

Commenter cet article

lumi 22/06/2006 10:27

mais il n'y a que des femmes ici !!! mais chez UNE gynéco c normal ...
Reportage passionnant et brillant et non seulement bicausse le "support à paillettes " mais aussi pour les belles fotos ....au début du repotage (?)
nous aussi les mecs on nous les met en paillettes et même ds de l'azote liquide ma zozote lol ita

Mememad 22/06/2006 11:13

... attention petit anachronisme...  A ton tour, Ici on ne ne fait pas de "repotage"...Match nul, la balle au centre...L'azote liquide !!! Ouille ouille ouille !!!  Cela devient dangereusement cassant ensuite !A bientôt,

joyce 17/06/2006 19:46

Quel étonnant trio nous formerions toutes les "deux" !!!!
Ben oui, Môricette, Josette... et Fourire

Mememad 17/06/2006 20:35

Yesssssssssssssss;;Mince, Jean Nohain est parti !!!

joyce 17/06/2006 16:48

Allo Môricette ? C'est la Josette...
La culture de l'art ringue... mais oui. Dans mon énumération des célébrissimes canevas, j'ai oublié, en tête du "hic parade"... l'Angelus du sieur Millet.

Mememad 17/06/2006 18:46

J'ai éclaté de rire ! Môricette et Josette, quel duo !!!! J'adore ! L'art ringue ressemble à la tringle ! Il y a aussi beaucoup de biches dans les sous-bois... Je crois que je vais bien m'amuser... Bon, je n'ai pas encore fait mon p'tit tour chez les copains de la toile, j'enlève mon tablier et j'y vais... A tout de suite, La Môricette

LiLipuce 17/06/2006 14:52

Le sphotos reportages sont très chouettes, petit faible pour les transports en commun !L'histoire, jme bidonne encore ! ;-)La moquette du bus j'adore !

Mememad 17/06/2006 17:02

Je suis tout à fait d'accord avec toi, les autres photos n'étaient là que pour ponctuer les propos narratifs.J'avoue avoir également eu un faible sur ce sol caoutchouté devenu moquette ou vitrail selon Joyce... Merci Photoshop !La suite arrive, elle sera bien plus attrayante ... et plus courte !A bientôt,

missmio 17/06/2006 14:14

Je suis encore là à la fin du récit!!! Quand tu as pris la moquette du bus en photo, les gens ne t'ont pas regardé un peu bizarrement?!!Sinon, je connais une très bonne gynéco à Rouen !! Ce n'est pas plus loin ! J'ai adoré et peut-être que je vais aller voir son expo dans la salle d'attente !! Quel beau et grand tableau !!! Je veux le même!!!!!Les paillettes sont restées sur le paillasson !!! lolJe vais voir ma gnéco en septembre ou octobre ( le temps de prendre le rendez-vous!) Je penserais à toi je pense !! Bon week-end et gros bisous!

Mememad 17/06/2006 16:53

Je peux bien te l'avouer maintenant, j'ai bien entendu pensé à toi pour la Joconde !D'ailleurs je pense ouvrir une nouvelle catégorie "Ging'Art"...Pour la moquette, je n'ai absolument pas eu de difficulté, j'étais seule dans le bus !Après tout, Rouen ne serait pas si extravagant, en voiture j'en suis à environ 100 km.Je tiens à féliciter ta ténacité !  Avoir lu les derniers mots tient du record !!!Mais ne t'inquiète pas, la suite est beaucoup plus attrayante et ... te fera sourire plus  particulèrement...A peluche,